Wisdom of Life

CONTEXTE DE CREATION DU PROJET


Dans le Sahel, la transition démographique marque le pas. Alors que le taux de mortalité infantile est en baisse, le taux de fécondité lui, reste le plus élevé au monde. Cette situation entraîne une structure d'âge défavorable qui entrave considérablement la croissance économique. Elle se traduit aussi par d’importants besoins budgétaires, crée une forte demande d’emploi des jeunes, et peut même parfois contribuer à une instabilité politique potentielle. Le Sahel risque de rater le dividende démographique à moins qu’une baisse rapide de la fécondité ne survienne dans un avenir proche, conjointement à des améliorations en matière de santé, de nutrition et d'éducation pour renforcer le capital humain.

Le dividende démographique se produit lors de la transition conjointe d’un niveau élevé vers un niveau bas des taux de natalité et de mortalité. Si la fécondité baisse rapidement, le changement de la structure par âge de la population qui en découle conduit à une baisse des taux de dépendance, ce qui provoque une relance potentielle de la croissance économique. La période de faible dépendance est une fenêtre d'opportunité pour créer un plus grand capital humain et une main-d’œuvre plus productive du premier dividende démographique. "Les Tigres de l’Asie" sont le meilleur exemple en matière de pays ayant tiré profit avec succès du dividende démographique. Entre un quart et un tiers de la croissance économique remarquable de la Corée du Sud est attribuable au dividende démographique.

Accélérer la baisse de la fécondité est la première étape cruciale dans la transformation de la transition démographique d’une catastrophe potentielle à un dividende démographique. Cet effort est limité dans le temps et doit se réaliser au cours de la prochaine décennie, d'où la justification d'un niveau d’efforts supplémentaires au niveau régional en apport aux programmes nationaux en cours. Pour déclencher ce dividende démographique, la Banque mondiale s’est engagée à financer un projet sahélien dénommé « SWEDD » (Sahel Women’s Empowerment and Demographic Dividend) et ce, en partenariat technique avec le Fond des Nations Unies pour la Population (UNFPA), l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS), l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), et le Bill & Melinda Gates.


CARACTERISTIQUES DU PROJET


Le projet SWEDD, du fait de son caractère régional, multisectoriel et expérimental, s'appuie sur les plans et initiatives en cours dans la région. Ce projet régional, ainsi envisagé, met d'abord l'accent sur six pays de la région du Sahel, mais vise avant tout à générer des avantages économiques qui s'étendront au-delà des frontières des pays cibles.

Les pays choisis sont le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Tchad et bien sûr, la Côte d'Ivoire (dont la forte immigration et sa partie septentrionale montre des similitudes aux contrées du Sahel). Le choix des pays a tenu compte de l'engagement des gouvernements à aborder les questions démographiques et à intensifier les actions en vue de réduire les taux élevés de mortalité maternelle et infantile et les taux très élevés de fécondité, tout en remédiant à la faiblesse et à la stagnation des taux de prévalence contraceptive.

Le projet SWEDD, est en droite ligne avec l'initiative régionale du Groupe de la Banque mondiale (ou IDA) pour le Sahel, qui comprend deux piliers interdépendants: (1) la vulnérabilité et la résilience; ainsi que (2) les opportunités économiques et l'intégration. En effet, il aborde le premier pilier en s'attaquant aux vulnérabilités au sein des sous-populations dans le Sahel (femmes et enfants) ; ensuite le deuxième pilier en permettant à la région de récolter plus facilement les avantages économiques d'un dividende démographique. Enfin, ledit projet est en adéquation avec les thèmes transversaux de l'initiative régionale: genre et démographie.


DISPOSITIFS DE MISE EN ŒUVRE


La coordination régionale du projet est assurée par l’UNFPA au sein d’un comité régional. Le montant alloué à la Côte d’Ivoire est de 30 millions US Dollars pour une durée de 4 ans (Juillet 2015-Juin 2019).

La supervision générale du projet au niveau du pays est effectuée par un Comité National de Pilotage (CNP) ; un Comité Technique (CT) en assure la supervision technique ; la composition essentielle de ces instances présidées respectivement par le Premier Ministre et le Ministère du Plan et du Développement, comprend les points focaux des ministères sectoriels (éducation, santé, en charge du genre, plan et développement) impliqués dans la mise en œuvre, le Ministère en charge des finances et les partenaires techniques et financiers.

Le comité national de pilotage soumet les sous-projets et plans d’actions pays à l’approbation du Comité Régional de Pilotage (CRP).

Sous la tutelle du Ministère du Plan et du Développement, les activités opérationnelles du projet SWEDD sont gérées par une Unité de Coordination du Pojet (UCP) dont le personnel est recruté sur base compétitive, et selon les procédures de la Banque Mondiale.


  • COMPOSANTE I

    Renforcer l’accès des populations aux services de santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile et nutritionnelle en optimisant les changements sociaux, comportementaux et l’autonomisation des femmes et des adolescentes.

  • COMPOSANTE II

    Consolider les capacités régionales dans la mise à disposition des produits de santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile et nutritionnelle (SRMNIN) et de personnel qualifié.

  • COMPOSANTE III

    Favoriser l’engagement politique et renforcer la capacité d’élaboration des politiques liées au dividende démographique et à la mise en œuvre du projet.

  • Ministre du Plan et du Développement:

    Madame Nialé KABA, Ministre du Plan et du Développement dont l’institution préside la supervision générale du projet SWEDD COTE D’IVOIRE.